Voilà le premier article du blog mais aussi le premier article consacré au monde du Tisseur.

Pour l’anecdote quand j’ai commencé à acheter mes premiers comics, j’ai due choisir parmi tous mes personnages préférés celui que j’allais suivre régulièrement. En fait je n’avais pas suffisamment d’argent de poche pour suivre plusieurs séries en même temps.

Mais heureusement pour moi mon oncle est un grand collectionneur et grâce à lui j’ai pu suivre en même temps la saga des clones et Onslaught en même temps. Ah! que de souvenirs.

Bref revenons a nos moutons ou plutôt à notre voltigeur préféré.

Spider-Man a été créé par Stan Lee et Steve Ditko dans Amazing Fantasy n°15 édité chez Marvel en 1962, ce numéro est très rare et est coté à 50 000$ sur certains sites Americains. Ce magazine ne va pas faire de vieux os, mais Spider-Man aura dès 1963 son propre comic book The Amazing Spider-Man.

Voilà un petit rappel sur la genèse du héros.

Peter Parker est jeune garçon qui vit dans le Queens avec son oncle et sa tante, qu’ils ont recueilli après la mort de ses parents. Peter est un adolescent flué, très doué pour les sciences mais aussi très timide et il est souvent la cible des gros balèzes de son lycée.

Sa vie s’écoule « tranquillement » jusqu’au jour où lors d’une expérience Peter se fait mordre par une araignée radioactive. Et là ça y est ça commence, maintenant il peut s’accrocher aux parois et dispose d’un super « sens d’araignée » très pratique qui l’avertit du danger.

Au départ ses motivations ne sont, comment dire, pas très catholique. Et il profite de ses super pouvoirs pour se faire un peu d’argent de poche. Comment lui jeter la pierre ? Mais voilà pour en générale la carrière de super héros résulte d’un grave traumatisme. Un jour Peter laisse s’échapper un voleur alors qu’il aurait put le stopper en deux temps trois mouvements sous pretexte que se n’est pas son problème. Et là c’est le drame. Peu de temps après, son oncle est tué par un cambrioleur. Ivre de colère, il se lance à la poursuite de l’assassin qui, une fois arrêté, se révèle être le voleur qu’il n’avait pas daigné appréhender. À partir de cet instant, sa vocation sera de lutter contre le crime et de suivre l’adage de son défunt oncle : « With great power comes great responsibility ».

Spider-man devient vite la coqueluche de New-York mais maintenant que l’oncle Ben est mort Peter doit subvenir à ses besoins et ceux de sa tante tout en payant ses études. Il tante d’intégrer les Quatre Fantastiques, mais la mayonnaise ne prend pas. Et un jour Peter a la merveilleuse idée de se prendre en photo et de vendre ses clichés à la presse. Il tape dans l’œil de J Jonah Jameson farouche opposant du Tisseur et devient pigiste au Daily Bugle

Avec les nombreux ennemis que Spider-Man affronta, il se fit un grande nombre d’alliés : un sujet fréquent dans les comics. Durant toutes ses aventures solitaires, il rencontra d’autres héros qui devinrent ses amis et alliés comme Daredevil, Captain America, Hulk ou encore les X-Men. Contrairement à l’opinion publique, la communauté des super-héros fait dans son ensemble confiance à Spider-Man, au point de le contacter à chaque fois qu’un danger d’ordre universel (Thanos, Le Mage, La Déesse, etc.) se profile à l’horizon.

Publicités